Menu

 

Au jardin comment éviter la déchetterie

Comment éviter la déchetterie lorsque l’on à une petit ou un grand jardin. Quelque soit sa taille, tout jardinier est confronté au problème des déchets … Voici un bon moyen de recycler pour le bien de votre jardin.

Inexorablement dès que la saison s’y prête et dès le retour des beaux jours vous êtes obligé d’aller en déchetterie pour évacuer tout ce que vous tondez, coupez, désherbez, arrachez, taillez, etc …

Voici ici une astuce simple et très efficace pour évacuer vos déchets.

Mise en garde : Peut-être ne pourrez-vous pas réaliser immédiatement ce que je vous indique aujourd’hui (faite cela quand il pleut pas mal cela vous évitera d’arroser, l’automne est idéal). C’est un investissement en temps selon ce que vous avez comme terrain, mais aussi beaucoup de matériaux. Mais je me dis que cela fera germer au fond de vous cette idée qui est que « rien ne se jette et tout se transforme. »


N’engraissez pas les déchetteries ! « 

C’est de moi 😉

En effet, tous vos déchets sont des matières organiques, vivantes, elles sont composées de matière qui se dégrade quoique que vous fassiez. L’idée est donc d’utiliser non seulement ces matières organiques pour vos cultures et vous en débarrasser mais aussi et surtout vous facilitez la vie par la suite.

Plus aucun aller-retour en déchetterie et moins de perte de temps !

Une petite préparation à faire … Organiser et s’assurez d’avoir suffisamment de matière pour commencer

Dans l’ordre vous devrez faire ce cycle => recueillir-collecter/trouver-glaner/troquer/entasser/arroser/planter/recueillir

Il va falloir déjà estimer ce que vous avez en matière afin de prévoir un peu le « chantier » et voir l’emprise au sol (vous allez mieux comprendre plus loin)

Pour vous donner une idée dans la vidéo que vous verrez, j’ai réalisé cela sur 25 m de long ce qui constitue un bon morceau, mais aussi parce que ma surface de terrain est de 3000 m2.

Il vous faudra :

  • du bois, des souches, du bois mort, des branches de bonne taille d’élagage. N’hésitez pas à varier et mélangez (cela peut-être remplacer par des buches que vous mettez à la cheminé)
  • branchages, ce que vous avez quand vous taillez (sauf le thuya, on peut le recycler voir ici « Ne jeter plus vos taille de thuya« )
  • mauvaises herbes- adventices (évitez le chiendent)
  • tonte de pelouse, débroussaillage d’herbes hautes
  • bois fragmenté (BRF)
  • carton, uniquement le brun
  • compost
  • déchets alimentaires

Faire une ou des buttes … c’est l’idée pour zapper la déchetterie

Pour éviter la déchetterie l’idée est de se servir de tout cela comme support de culture et faire ce qu’on appelle de la culture en lasagne.

feuilles mortes

On va donc dans un coin de votre jardin, ou pourquoi pas dans votre potager, alterner les couches pour « stocker » ses matériaux qui vont se dégrader gentiment et améliorer du coup la qualité de la terre. Ce sera un excellent substrat de culture qui demande moins d’entretien et d’arrosage que si vous cultiviez dans un potager à plat par exemple.

J’ai une bonne nouvelle pour vous si vous aviez pris pour habitude de retourner votre potager, ici il n’y aura pas besoin de le faire. L’activité dans la butte est tellement riche que les petites bêtes vont faire tout le travail à votre place.

Voici ci-dessous un petit exemple de ce qu’on peut faire

croquis-butte-lasagnes

Bien sûr, il n’est pas obligatoire de faire à l’identique.

Voilà à titre indicatif pour quantifier les matériaux une base trouvée sur internet qui correspond à une butte de  1m2

  • carton pour environ 1m2
  • mauvaise herbe comptez une brouette
  • fumier une brouette
  • compost une brouette
  • BRF une brouette
  • terreau une brouette
  • paille une brouette
  • Eau

Ici on alterne les couches vertes et brunes pour finir par le terreau et la paille.

Comment faire une couche ?

Je vous décris l’intérêt de mettre ces matériaux dans cet ordre

Carton :  uniquement le brun et non glacé ! Si possible en deux couches, au-delà il faudra le dédoubler. Débarrassez-le de tous scotch, autocollant et agrafe. Non seulement cela va préserver l’humidité de la butte, mais cela va nourrir les vers de terre qui sont très friands de cellulose (on pourrait le remplacer aussi par du foin ou des feuilles sèches.) Les verres de terre sont des acteurs essentiels dans cette butte car ils vont enrichir la butte en digérant différents composants et apporter ainsi des éléments minéraux. Pour faire simple, vous n’avez pas besoin (ou peu) d’enrichir en engrais.

Bois :  Le bois est la pile de la butte qui se consume lentement, car étant plus dense, il faut plus de temps. (une butte dure environ 4 ans si vous avez mis pas mal de bûches de bois) La biodiversité va s’installer pour contribuer à la décomposition de la matière, les champignons vont se développer pour faire un travail lent de digestion. Dans la réalité il semble que ce soit 2 ans pour ce qui est de l’efficacité … perso j’ai fait une butte précédemment sans cultiver dessus donc je n’ai pas de recule pour la région de la Haute Normandie. Ici c’est l’occasion de tester !

boii déchets vert

Branchages :  cette couche permet d’aérer la construction

Mauvaises herbes : si elles poussent, c’est que le sol est bon d’une part, mais aussi qu’elles sont pleines de matière végétale active. Du vert reste du vert ! Avez-vous déjà mis en tas des mauvaises herbes ? Si oui, vous avez dû vous rendre compte que tout comme un tas de tonte, l’amorce de la décomposition s’effectue par une élévation de température.

BRF :  c’est du bois raméal fragmenté pour faire simple des branchages réduits à l’état de copeaux. Si vous avez des haies champêtres (plusieurs essence de bois), vous avez peut-être investi dans un broyeur de végétaux (en général jusqu’à 5 cm de diamètre maxi), vous avez alors peut-être cet or vert sous la main.

Et si vous n’avez pas de broyeur

On peut faire quelque chose de plus grossier avec une tondeuse à gazon en repassant plusieurs fois sur des brindilles de petites épaisseurs (grand maxi 2 cm de diamètre avec une lame très affûté et du bois tendre- pousse de l’année) …. Le but est d’avoir quelques choses en morceaux pour une décomposition plus rapide)

Attention, ne mettez pas trop de résineux dans ce broyat la tolérance est de 20% (pin sapin, eucalyptus,  thuyas) Il faudrait que je test si on ne peut pas monter à 33 % pour évacuer davantage de thuyas. Vous pouvez d’ailleurs incorporer des aiguilles de pin, sapin.

Préférez un broyat fraîchement coupé plutôt qu’un broyat qui a séché, car il contient des nutriments propres à la sève c-a-d sucre, peptides, acide aminé, protéine, enzymes, biocatalyseurs …  et il sera humide.

Vous pouvez aussi vous fournir en BRf chez les élagueurs, service municipaux des villes, déchetterie ou encore sur leBoncoin.

Les matériaux qu’on peut avoir régulièrement

Tonte :  Vous jetez votre tonte ? Perso à la base je la mets derrière mes haies pour éviter la prolifération des mauvaises herbes … Ici vous avez un formidable moyen de ne pas avoir à les emmener à la déchetterie.

Compost : Si vous ne vous y êtes pas encore mis, il sera utile de vous y mettre. Pour démarrer idem que pour le BRF pour vous fournir. Vous pouvez utiliser d’ailleurs du compost vert aussi. (Pour faire simple, mettre vos déchets de cuisine …. Attention il faudra bien recouvrir sous peine d’avoir des nuisibles (campagnols, insectes, etc )

L’idée générale pour que la couche fonctionne est d’alterner les couches (20 cm étant un minimum) ) en matériaux bruns et matériaux verts.

Les végétaux bruns étant tout ce qui est réputé sec, bois, branchage, feuille morte, veille paille, litière pas trop humide, carton, journaux, copeaux et sciure de bois (pas en trop grosse épaisseur autrement vous aurez un colmatage => plus d’air donc plus de bio diversité)  ils apportent le carbone qui est la carburant de la vie microbienne.

Les végétaux verts étant tout ce qui est tonte d’herbe, toutes herbes de désherbage, feuilles vertes, déchets maisons, marc de fruit, cendre , algues, etc … ils apportent  l’azote nécessaire (la pénurie d’azote « faim d’azote » chez les plantes est synonyme de feuille jaune).

Veillez à arroser copieusement entre chaque couche.

Donc avant d’entreprendre quoique ce soit pour éviter d’aller en déchetterie il faudra essayé d’imaginer la quantité de déchets que vous allez avoir. Si vous avez la place, stocker avant de faire votre butte (si possible à côté de l’endroit où vous avez prévu de la faire ). Autrement il sera vain, car il faut une certaine proportion dans les matériaux.

On complète avec des couches d’appoints tel que le fumier, compost, fiente de poule, ortie , cousoudre, déchets alimentaires pour avoir de la hauteur et de la matière aussi.

Quelle taille ?

Afin d’avoir une idée de l’emprise au sol sachez que la largeur devrait être d’environ 100 à 120 cm (au-delà l’accès est compliqué), pour la longueur  c’est à vous de voir . Plus vous avez de déchets plus ce sera grand.

Rien ne vous empêche de faire plusieurs buttes de 1M au carré d’ailleurs !

Certain la fond en forme de banane pour capturer plus de lumière … en cercle pour faire des massifs … soyez imaginatif il n’y a pas de limite sauf celle-là – éviter de la piétiner.

Une astuce dédiée spécialement au terrain difficile (vous êtes fainéant mais vous voulez jardiner !)

Je crois qu’il ne sera pas plus usant d’évacuer tout ses matériaux en déchetterie plutôt que de les mettre en tas…

Aussi si vous avez un terrain qui vous parait dur et compliqué à travailler, caillouteux, trop sablonneux, argileux, vous n’arrivez pas à en venir à bout même avec la pioche ! Vous avez la flemme devant tant d’effort.

La culture en lasagne (il y a d’autre nom lasagna gardenning ou potager en lasagnes) va non seulement vous éviter de charrier tous vos déchets via la poubelle, mais aussi et surtout, vous permettre de rendre un sol dur et non cultivé en un sol plus enrichi et plus meuble ….sans effort (pour une certaine taille c’est pas mal de boulot quand même) et en vous rendant bien d’autre service.

Tel que celui de pouvoir planter sans grand effort vos légumes tout en recyclant vos déchets végétaux.

Dans ce cas, ne mettez pas de bûches ou gros morceaux de bois mais plutôt des branchages grossièrement coupés. Vous ajouterez un peu de terre-terreau-compost pour la dernière couche vous pourrez planter de suite vos légumes.

Vous pourriez même faire la même chose sur une dalle en béton !

Les légumes qui n’aiment pas la culture en lasagnes

On peut mettre dedans patates, tomates, blettes, poivrons, aubergines, salades, navets, carottes, rien n’y résiste …. On respectera quand même une logique de plantation ce qui est haut en haut de la butte, feuillage moyen, au milieu de la butte et ce qui est petite (radis par exemple) en bas;

Quand semer ? Quand repiquer ?

Avant la normale en raison de l’activité et de la chaleur qu’il y a dans la butte. En cas de doute, recouvrez d’un voile de forçage pour certaines régions.

Un entretien de fou ?

Non, évacuer vos déchets en mettant de nouvelles couches peu épaisses pour éviter la fermentation (la température augmenterait alors) en alternant souvent brun et vert (c’est le principe de la forêt).

À la fin de la saison, il faudra recharger en couche de déchets verts et bruns  sur l’ancienne lasagne

Pour simplifier l’idée la culture en lasagne c’est « la culture non prise de tête », qui me semble pertinente à notre époque où l’on doit recycler de plus en plus nos déchets …  Quand on sait que l’inventeur de cette technique l’a fait à l’arrière de son restaurant parce qu’elle en avait marre de jeter ses déchets.

Vous allez en évitant d’aller en déchetterie contribuer en quelque sorte reproduire ce qui se passe dans une forêt en fabriquant de l’humus, mais plus rapidement. C’est naturel, durable et même si c’est pas mal de travail à faire cela va vous faciliter la vie ensuite ….

Tentez l’expérience si vous êtes à la campagne, même à petite échelle, vous gagnerez un temps fou et même si vous ne réalisez pas de culture dessus, vous obtiendrez pour l’année suivante un substrat enrichi qui fera le bonheur de vos connaissances

Categories:   Maladies Ravageurs

Commentaires

OFFRE

special printemps

Après l'hivers détoxez-vous sans contraintes